Briks&Briks le nouveau clip de beLOey en exclu pour Pensées Parisiennes

Projet français de Modern Trip-hop depuis 2006, beLOey est à la croisée des genres : de DJ Goldie en passant par Luke Vibert, l’artiste mêle diverses influences, entre Trip Hop et accents Rock’N’Roll, témoins légitimes de son parcours éclectique en tant que guitariste, bassiste, claviériste et chanteur au sein de plusieurs formations musicales . Concrétisé en 2011 par la sortie de son premier EP Trip Hop Legacy,dont Chinese tape en sera le hit, en 2013 beLOey part en tournée dans les Balkans, depuis, l’aventure continue avec derrière lui 5 EP et un album de collaboration.

Dirigé par Otus Porduction, Clément Yzerman et avec l’aide de Léo Vuoso, Briks&Briks est déjà nominé dans la catégorie Meilleur Clip pour le festival belge Move Me Productions. L’artiste nous en dit plus.

« Briks&Briks se propose comme une bribe, une photo de vie. C’est un endroit entre réel et imaginaire, obscur et indéfini, qui montre la complexité d’un personnage tourmenté. Le personnage entre dans une transe, elle va rencontrer ses démons, ses envies et ses peurs. Je voulais proposer une histoire qui interpelle. L’homme en blanc est aussi une figure assez personnelle, une bête enfouie en moi comme tout un chacun, en marge, pas acceptable en société, qui ressort avec la musique. La bâtisse est en quelque sorte l’intimité, le subconscient, le cadre dans lequel on peut être soi et symbolise la bataille qu’on mène toute une vie pour accepter notre part d’obscurité en nous. C’est en quelque sorte ta santé mentale que tu mets à l’épreuve à répétition. »

« Clément est un ami de longue date, j’ai fait mon premier clip de rap avec lui et ça faisait longtemps qu’on avait pas bossé ensemble, l’opportunité s’est présentée et je lui ai envoyé le scénario. Le challenge était de tourner le clip en 24h. Il fallait une danseuse et je connaissais aussi Louison Valette qui s’est tout de suite impliquée dans le projet en nous proposant une chorégraphie. Elle a assuré tout le long malgré les intempéries lors du tournage.»

En 2017, l’artiste sort l’EP SVEGA (« tous » en bosniaque) sur le label canadien Mode 33 Records, marquant un tournant dans sa composition musicale: un hommage assumé à la musique électronique. SVEGA raconte avec une direction éléctro-organique la diversité et la densité d’une humanité qu’il souhaite toucher à pleine main. En explorant les rythmiques Deep House et la notion du rapport de l’homme à l’émotion brute, l’EP se veut porteur d’une certaine sensibilité anthropologique.

 

beloey n’en est pas à son coup d’essai niveau scénario visuel de qualité. En 2014, le clip Spider Flesh (en duo avec DJ Rasp) produit par Esus Gläser, remportait le prix du public en Best Editor, décerné par le Berlin Music Video Awards.

 

 

« Au niveau des projets futurs, je joue en première partie de Floating Points au Bim festival à Vallabrix le 21 juillet prochain. Sinon je bosse en studio en partenariat avec la Paloma de Nîmes sur de nouveaux morceaux. »

Et pour le mot de la fin ?

« Fluctuation… Fluctu-facteur. » (rires)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *