[CHRONIQUE] – VALD x XEU : VALD sur sa lancée

Ce 2 février est sorti XEU, le deuxième album de Vald, l’occasion de parler d’un artiste un peu hors du commun, Valentin Le Du aka VALD. Dès le début de son histoire, l’itinéraire du jeune Valentin diffère de celui des rappeurs modernes, il assume sa découverte tardive du milieu, à l’ère ou les rappeurs ont baignés dans le rap dès leur tendre enfance, il commence le rap à 17 ans dans sa chambre en parallèle de ses études en mathématiques et informatiques et dès 2011 sors ses premières mixtapes NQNTMQMBQM et Cours de rattrapages suivi par les deux opus NQNT en 2014 et 2015. Et bien sur Agartha son premier album sorti le 20 janvier dernier et certifié disque de platine. Avant de décrypter XEU analyse du succès de Vald.

Le rappeur se crée un univers très provocateur mêlant théories du complot et maitrise d’une critique de la société sous couvert de deuxième voire troisième degrés, Vald ramène son excentricité et une dose d’absurdité dans un milieu où les codes actuels avait bien du mal à être bousculés.

Alors qu’est ce qui attire chez un artiste comme Vald ? D’abord dans le contenu, Vald est un rappeur qui va aborder des sujets finalement très variés sous des angles parfois surprenants.

Prenons l’exemple d’un titre comme Urbanisme où Vald interprète deux personnages décrivant leur quotidien dans les blocs, d’abord un jeune du quartier qui décrit un quotidien sombre mal entretenu par les générations précédentes puis une petite vieille qui a un tout autre point de vue et qui dépeint une cité gangrenée par l’inactivité de la jeunesse qui y habite. Ce n’est pas un thème nouveau mais l’angle qu’il utilise permet de mieux comprendre son propre point de vue sur le sujet de l’insalubrité des quartiers. Même procédé pour le célèbre Selfie, ou l’objectif est de surprendre.

Vald n’hésite pas à bousculer son auditoire, son objectif est de choquer mais également de faire réfléchir

Au-delà de l’angle c’est souvent dans les détails que le texte prend tout son sens, le titre Mégadose par exemple dénonce la société de consommation, le titre Blanc également vient bousculer volontairement les codes en mettant en avant la couleur blanche quand la mode est au Nwar. D’ailleurs le point de départ de son succès n’est pas le titre Bonjour ? Un titre qui à première vue peut paraitre très peu recherché mais quand on connait le personnage on se dit qu’il peut transmettre un message à ses détracteurs qui ne comprennent pas la portée de ses textes précédents.

L’un des volets importants de son univers est le caractère un peu mystique du personnage qu’il à créer, Sa fascination pour les théories du complot est très présente dans ses textes, de plus Vald nous plonge dans un questionnement autour de la divinité, aussi bien dans ses textes que dans ses visuels comme pour la pochette d’Agartha.

Communication

L’autre facteur prédominant dans le succès de Vald est très certainement sa façon de gérer sa communication. Le rappeur crée une ambigüité sur son personnage, c’est le point central de sa stratégie de communication, sa façon de créer une attente et de surprendre est constante, elle est surtout très présente dans les clips qu’il balance, on peut citer le clip de bonjour avec ses sous titres dans 4 langues et le langage des signes qu’il utilise, la trilogie d’urbanisme ou encore le court métrage de 5 clips d’Agartha.

Vald est également très bon quand il s’agit de gérer sa communauté, il la fait participer à ses projets avec des concepts nouveaux. Ses deux gros coups dans le domaine sont certainement le clip d’Eurotrap en fond vert, concept très simple mais terriblement efficace et repris par beaucoup de ses fans, de même pour la pochette de XEU qu’on définira comme très sobre puisqu’elle est entièrement blanche.

Sa façon de réinventer la communication dans le milieu passe également par ses interviews souvent très attendu par sa communauté, en effet, interviewer Vald c’est se frotter à un bon client mais capable de déstabiliser n’importe quel interlocuteur. Demandez donc à la journaliste de LCI qui l’a interviewé avant son Olympia, une interview surréaliste tout autant que son passage en Trump au grand journal.

Le dernier coup marketing de l’artiste est peut-être le plus représentatif : un compte twitter sans photo, un album qui leak mais pas XEU (NQNT 3 ?) et Vald agite la toile et le petit monde du rap.

Un leak pas comme les autres puisque l’artiste avait lui-même annoncé que l’album aller leaker douze jours avant la date annoncée sur un poste Instagram, ce qui s’est effectivement passé. Ce qui vient à nous questionner sur le fait que Vald est volontairement sorti ce projet pour anticiper un éventuel leak. Même si lui, au cours de ses interviews s’en défends, il entretient toujours cette ambiguïté qui le caractérise.

XEU

Xeu est un album qui reprends les codes de Vald mais avec une évolution certaine du rappeur, l’album composé de 17 morceaux est un exutoire pour l’artiste qui aborde des thèmes variés. Il faut d’abord souligner l’énorme travail de Seezy qui a produit la majorité des sons de l’album, les instrus s’enchainent et ne se ressemblent pas ce qui permet à Vald de montrer toute sa palette de flow tout au long de l’album. Dès la première écoute on ressent une continuité qui se construit tout au long du projet, on alterne gros sons pour turn up et textes dénonciateurs.

 

 

Focus sur quelques morceaux représentatif du projet :

Primitif :

Dès l’ouverture de l’album Vald sors un gros morceau avec primitif. Il nous parle de la nature très primaire et individualiste de l’homme, première pensée de l’album le bénéfice faire de l’argent afin d’assouvir des envies de drogues et d’alcool, un besoin qui contraste avec l’état actuel de la société. Un constat qui désole Vald même s’il suit le même chemin.

Punchs

« Jour de paie, danse comme Billie Jean, hey, hey, plaisir illicite

C’est quoi, c’monde qu’on laisse à nos p’tites sœurs ? Une grosse bite sur un Post-It »

« Soit je fais l’million et j’me tire de là, soit c’est la CIA qui me criblera
J’écris ce rap comme un cri de rage, ça sent la guerre dès la prise de voix »

Seum :

Dans Seum, Sully vient littéralement déverser sa haine, ici on parle de sombres choses et du ras-le-bol du rappeur qui explose. Dans la continuité de primitif Vald, ou plutôt sa bête noire s’adresse à ses détracteurs et exprime son envie de les voir disparaitre dans un excès de violence.

Punchs

« On m’a pris pour un clown, on m’a pris pour un fou
Pour info’ : j’fais des sous plus que toi, ma nympho »

« J’ai le seum et l’aurai jusqu’à être libre, j’aurai l’seum jusqu’à être ivre
Demande-moi une garette-ci si tu veux disparaître vite »

Possédé

Avec possédé VALD nous parle de sa relation avec la drogue, sur une prod plus légère que les précédentes ils nous racontent l’état dans lequel il se trouve lorsque le mélange a opéré. Une ode à la défonce qui s’inscrit comme une suite à ma meilleure amie

Punchs

« Dans la rue ou au QG, le sourire est lié au budget (hey)
Le Malin vient d’me posséder ; au Moyen-Âge, j’serai au bûcher »

« Je ris, ouais, je ris mais je risque l’O.D. avant redressement du fisc
Fixe-moi dans l’rouge des yeux, un spliff et y’a tout qui est mieux »

Résidus

L’une des pépites de cet album, un morceau très introspectif ou valentin nous parle de dieu, d’amour de salopes et de drogues, un morceau triste qui transpire la solitude et la sincérité. A noter que la prod’ est un type beat disponible sur YouTube.

Punchs

« Non, j’devrais pas le dire, ton Dieu va m’mettre des baffes vengeresses
Mais, nique sa mère, il n’est pas là, même quand je reste »

« À chaque bâton dans les roues, j’me dis qu’j’suis béni
J’emmerde les ordres, j’aime pas les coloris du treillis »

Gris

Gris c’est le 10 -ème track de l’album, c’était la place qu’occupait blanc dans Agartha certainement pas une coïncidence, Un refrain au vocodeur et des couplets sombres ponctués d’une voix grave, Vald dépeint une réalité froide avec un flow qu’on lui ne connaissait pas forcément.

Punchs

« C’est la kermesse, on a réduit à une boucle de ceinture la sagesse d’Hermès »

« Ton chemin est tracé, les dieux et les esclavagistes l’ont déjà balisé
Arrête tes conneries, éteins ta télé, tu vas finir par croire leurs balivernes »

Dragon

Le Feat avec Sofiane qui va briser des carrières en concert, Sofiane s’adapte totalement à l’univers de Vald en donnant une suite au morceau caché d’NQNT 2 : Poisson. C’est un grand n’importe quoi sur lequel turn up en soirée

« Roule un dragon, fume un dragon (fume un dragon)

Charge un dragon (charge un dragon), vise les tes-tê

Roule un dragon, fume un dragon (fume un dragon)

Charge un dragon (charge un dragon), vise les tes-tê »

Deviens génial

Dans deviens génial, valentin adresse un message à son fils, Charles né en 2014, il lui donne des conseils pour réussi à s’intégrer dans une société malade. Un son qui change totalement de ce que Vald a pu faire et s’inscrit dans la lignée de l’évolution de l’artiste.

Punchs

« Pour l’unité, faut des ennemis communs
Une tête de turc pour se faire des copains
Faut bien rigoler, faut bien des potes, hein ?
J’t’en prie bébé, deviens pas un ennemi commun »

« Ne deviens pas comme eux mais reprends leurs gimmicks
Crois pas que je valide, c’est juste que j’anticipe, j’vais changer les règles mais tu grandis vite »

Conclusion

Après Agartha, un album qui l’a propulsé en tête d’affiche du rap français, Vald revient avec un rap plus sombre avec un titre tout aussi énigmatique ou il aborde sa nouvelle célébrité, son seum, la drogue et surtout sa vision toujours aussi crue de sa génération mais également de celle qui arrive. Un constat cru dressé avec une aisance textuelle qui caractérise le rappeur d’Aulnay.

Un projet très abouti où l’on ressent une évolution dans le fond comme dans la forme, en variant tout aussi bien les thèmes et les flows on découvre un Vald toujours aussi cynique qui montre qu’il n’est pas un rappeur comique mais qui faut bel et bien le prendre au sérieux. Un album sombre donc qui s’impose comme l’un des projets majeurs de ce début d’année.

LIS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *