[DISIZ LA PESTE]- INTERVIEW & Live Report à l’Espace Julien (Marseille)

De son premier album « Le poisson rouge » en 2000 à son dernier album « Pacifique », Disiz a toujours su naviguer de vagues en vagues en se renouvelant et toujours en surprenant ses auditeurs. La vague du ressenti, de l’émotion et de la beauté sensorielle, il sait totalement la contrôler.

 Ouverture des portes à 19h30 pour un début de concert à 20h30. Pas de première partie, on entame directement le concert avec Disiz et personne d’autre. Normalement j’arrive toujours une heure après le début officiel des concerts mais cette fois j’ai choisi d’être à l’heure, et j’ai bien fait. Le concert commence bel et bien à 20h30 et le spectacle peut commencer.

Je savais vraiment pas à quoi m’attendre en me rendant à ce concert, j’avais un peu peur d’être déçu de la représentation, vu que c’était sa première date de sa tournée pour son album Pacifique. Une peur de voir une représentation encore brouillon, pas encore finalisée. Et au contraire, je fus donc agréablement surpris.

20H30 la salle s’obscurcit et le public commence déjà à crier et acclamer Disiz.
Je jette un regard sur la scène et on peut l’apercevoir de dos, avec une lumière incroyable laissant juste apparaître sa silhouette et le show peut commencer.
On à le droit à un Disiz en forme, énergique et préparé, il enchaînes les musiques avec des transitions de lumières parfaites, pas de longues pauses entre chaque morceau pour discuter inutilement.
Petit à petit je me fonds dans l’univers installé par l’artiste, il emmène la salle petit à petit dans son ambiance et c’est réellement plaisant.  Dans la salle je croise des regards de gens enjouées et captivés par le jeu de scène de l’artiste.
Il vit ses morceaux sur scène et les interprète vraiment de manière intéressante, je pense au morceau « Menteur Menteuse » ou bien encore un des gros single du projet « Autre espèce », je n’en dis pas plus pour laisser la surprise mais c’était une vraie bonne idée.
Disiz alterne des morceaux vraiment énergiques avec des morceaux plus calmes en sortant le trépied de son micro pour  alterner entre émotions douces et faire sauter la salle comme des furieux sur des morceaux comme « L.U.T.T.E ».

 

 

Ce que je retiens de ce concert, c’est des lumières qui t’en mettent pleins la gueule, le nouveau batteur de l’artiste est très talentueux, un public très réceptif au texte et aux émotions que Disiz a voulu exprimer au travers de son projet et de son show sur scène.
Comme il le dit lui-même « J’fais pas d’concert mais des concept je vise la communion. Ma seule communauté est celle des cœurs en rébellion« , c’est bien plus qu’un concert de rap « classic » ou le rappeur enchaîne titre sur titre avec peu de concept scénographique, là on est clairement emmené dans un autre monde. C’est clairement la continuité de l’expérience auditive de Pacifique, maintenant on a le ressenti en direct proposé par l’artiste.
Vous en aurez clairement pour votre argent, même si faut pas penser à la rentabilité ou autre, mais si des gens peuvent hésité juste pour le prix, clairement : foncez.
J’en ai énormément fait des concerts, mais lui rentre dans mon top 3.
Mention spéciale pour la chanson « Qu’ils ont de la chance », morceau durant lequel la lumière s’est un peu tamisé laissant uniquement apparaître l’artiste, nous permettant de voir les larmes de Disiz pendant ce morceau. J’ai vu plusieurs personnes pleurer pendant cette musique, c’est pour dire à quel point les gens étaient captivés et imprégnés de l’ambiance proposé par ce show.
On a posé quelque questions à Disiz à propos de cette scénographie et la préparation de son concert :

 

Pour la scénographie et les lumières, ça sera toujours identique ou c’était une spécificité à l’Espace Julien ?

 

Ca sera toujours pareil. Chaque détail compte. Les couleurs, les intensités, les enchaînements, tout a été réfléchi pour transporter loin dehors ou loin en dedans de soi même.
Je me suis servi de mon expérience au théâtre pour la dramaturgie et l’écriture du show.

 T’as mis combien de temps à préparer la scène pour ce projet ?

3 mois

C’était quoi le plus dur dans cette préparation ?

Le plus dur a été de trouver l’équipe et de trouver des gens qui comprendraient le propos. A savoir sortir des codes, mais pas pour sortir des codes mais pour continuer l’expérience entamer sur l’Album Pacifique en terme de textures.
T’as taffé avec qui pour la lumière ?
La lumière a été faite par Paul Durozey

 

🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊

 

J’en dis pas plus, je préfère vous laisser des surprises. En attendant je vous laisse avec les dates de sa tournée.

 

🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊🌊

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *