[INTERVIEW – Barbara Pravi] – « Pendant longtemps je n’ai pas su exprimer mes émotions autrement qu’en chantant. »

Tu peux nous parler  de ton mail « jetecriraidesmots » ?  Quand est-ce que tu t’es dit que tu allais lancer ce projet, et pourquoi ?


Au début du confinement je crois que comme beaucoup d’entre nous, j’ai pris conscience de l’importance du lien social, du lien entre humains. Dans la vie « normale », on en prends nécessairement moins acte, parce qu’on voit du monde tous les jours, parce que pour aller bosser on prends les transports en commun, on marche dans la rue, on se parle, on se voit, bref, c’est évidement quand toutes ces choses « naturelles » deviennent interdites que l’on prends conscience de leur valeur. Conscience de la place de l’autre dans notre vie. Alors je me suis dit : Je n’aurais peut être pas la chance tout de suite de rencontrer les personnes qui m’écoutent, pourquoi pas les rencontrer autrement ? J’aime entendre les histoires des autres, je suis moi même une conteuse d’histoire. 
Je me rends bien compte que beaucoup de femmes m’écrivent et se livrent, doucement, avec pudeur parfois, ou avec évidence et force d’autres fois. Je crois que c’est lié aux thèmes de mes chansons, elles se sentent proches, elles n’ont pas peur d’être qui elles sont, avec moi. C’est vraiment puissant. J’ai eu envie de leur faire une vraie place, de créer un endroit intime ou nous nous parlons « pour de vrai ». 
Alors je n’ai pas encore répondu à tout le monde, parce que j’ai reçu beaucoup beaucoup de messages, et puis souvent, de longs messages, des choses très intimes, des témoignages de vie très forts. Ces femmes la (et hommes aussi ! Moins, mais tout de même), ils.elles m’ouvrent une petite porte sur leur intérieur. C’est précieux. Ca demande du temps, du calme, et une certaine dose de vérité pour y répondre avec la même puissance que celle qu’elles et ils m’offrent. 
 


Plus d’un mois après ce lancement, le bilan que tu en fais ? Ce n’est pas trop dur émotionnellement de lire tout ça ?

 

Au début ça l’était un peu. Ca a commencé par une jeune femme qui me racontait son viol à demi mots. Je me suis dit : Mince alors. Qu’est ce que je vais faire de ca. Comment je vais répondre, quelle place je peux prendre dans la vie de ces personnes? Est ce que c’est mon rôle? Est ce que je peux assumer ces confessions la ?  Et puis, finalement, je crois que ce dont nous avons tous besoin, c’est d’être écouté. Alors c’est à ça qu’il sert ce mail. Les femmes (et les hommes) qui m’écrivent savent qu’ils sont lus, entendu, avec bienveillance. Qu’à l’autre bout du « fil » c’est une humaine qui les comprends, les ressens. Que nous vivons toutes et tous plus ou moins les mêmes choses. Et que tant que je pourrais offrir mon coeur et mes oreilles aux histoires des autres, de ces femmes, de ces hommes, mes semblables, je le ferai. 

Comment ça s’est fait cette collaboration avec Anaika ?

 

Anaïka est un ami de Lord Esperanza (artiste) et de Jason Piekar (réalisateur) qui sont eux même deux amis ahah. Alors le monde est petit, Anaïka m’a contacté avec cette sublime boucle de guitare (enfin, ces sublimes, j’en ai eu deux !), et puis voila. Magie d’internet quoi (et la j’ai l’air d’avoir 100 ans)
 

« Fresque des femmes », un grand projet, tu t’attendais à recevoir autant de mots ?
Pas du tout !! Je pensais surtout que j’allais devoir habiller la video avec des paysages, des trucs « contemplatifs », mais en fait, j’ai reçu tellement de visages, quotidien, drôleries, dessins etc que je n’ai même pas pu tout utiliser !
Il y a des femmes qui m’ont envoyé des dessins par dizaine, des vidéos différentes de toute leur famille, des photos de leurs amies etc

Je n’ai pas pu tout mettre mais j’ai tout de même fait en sorte de prendre un peu de chaque histoire, un peu de toutes ces femmes, que chacune sache que je l’ai lu, vu, et que chacune soit un petit reflet de cette fresque.

Sortir un clip pendant le confinement, ça aide à prendre un peu d’air ?

 

En tout cas ça aide à garder le cap, oui ! Je suis hyper contente d’avoir clip cette chanson parce que je l’aime beaucoup, elle a une place assez particulière pour moi. Ma « poésie intime » est heureuse de terminer cet EP sur ce titre qui parle d’affirmation de soi, je ne saurais pas l’expliquer mieux que ça !!! 


Ta réaction quand tu vois « CHAIR » n°1 de la playlist Exception Française sur Spotify ?
Je danse sur « Mourir sur scène » dans mon salon pendant 1h (vrai) 
 
Dans cet EP, en 2 ans, je trouve que tu t’es beaucoup plus trouvé, il y a un ADN qui se démarque bien plus, une maturité et une certaine acceptation dans le fait d’être mélancolique. Comme si tu avais fait la « paix » avec une ancienne hargne, cette douceur morose et frivole qui nous réconforte, que s’est-il passé entre ces 2 projets ?  
 
C’est ce que je raconte dans mon TedX. Ce serait surement « long » et maladroit d’expliquer en profondeur ce qu’il se passe en deux ans de temps. En soit, nous sommes toujours en mouvement. Tout le temps. Nous évoluons, dans nos choix, dans ce que nous sommes, dans nos désirs, nos ambitions, bref, l’humain n’est pas figé, heureusement ! La création, c’est un processus qui nécessite une évolution. Une recherche. Confiance. Indépendance. Vérité. Humanité. 
Je crois que la « bonne » chose à faire, dans une carrière, c’est de s’entourer de personnes qui accompagnent nos mouvements. Qui ne les réduisent jamais, ne NOUS réduise jamais. Qui nous aident à trouver notre lumière. Qui nous révèlent à nous même. Voila ce qu’il s’est passé. Je me suis carapatée, parce que j’ai pris conscience que je ne pouvais décemment pas laisser ma « carrière » être gérée par des personnes néfastes qui m’étouffaient sous leurs idées, leurs ambitions, leur propre idée de moi. Ce qu’ils défendaient, ce n’était pas mon idéal à moi. C’était le leur. 
Je me suis rencontrée, moi, pour de vrai, grâce à l’accompagnement nouveau, bienveillant et pure de nouvelles personnes. J’ai appris à prendre confiance, j’ai retrouvé une certaine estime de moi qui était enfoui à mille lieux sous terre. Et j’ai surtout pris gout à cette indépendance, elle me constitue aujourd’hui.

Dans « personne d’autre que moi » (je trouve qu’il y a un petit mood Lana Del rey dans le tempo, la façon de ralentir sur les mots, dans le refrain j’adore) tu dis :

« On passe sa vie à mettre des manteaux
Un peu trop grands ou trop petits, jamais très beaux
Et l’on s’enroule dedans, en boule, ça nous rassure »
 
Est-ce que tu as trouvé le manteau à ta taille dans ta construction personnelle ? Est-ce que la musique te rassure ? 
 
Merci ! C’est un beau souvenir cette chanson. Je l’ai faite avec mon ami Vincha, nous avons eu une vraie connexion d’âme sur ce titre. 
Encore une fois, je crois qu’on bouge tout le temps. Le manteau que je porte aujourd’hui me va parfaitement, je me sens bien dedans, mais si demain, j’ai envie d’en changer la coupe, de faire des épaulettes, de l’allonger un peu, de le racourçir, peut importe ! Ce qui compte c’est d’avoir conscience que nous sommes nos propres tailleurs (que d’images ! ahah) 
La musique me rassure mais même plus que ça. Pendant longtemps je n’ai pas su exprimer mes émotions autrement qu’en chantant. Alors elle me rassure oui, mais elle m’accompagne comme une présence constante. Elle fait naturellement partie de ma vie. C’est un peu mon meilleur amant. 
 

Si tu devais associer ton projet à :

2 adjectifs : mélancolique et doux

1 parfum de glace : yahourt nature (chelou mais vrai)

1 couleur : Bleue clair

 
Un dessert : fraisier (ou framboisier) sur base macaron pistache ! 

C’est pas une question, mais tu dois absolument faire un clip de Pigalle, sur un vieux VHS, voilà.
 
Haha !! J’adorerai !! Bon malheureusement ce n’est pas en projet parce que le clip de « personne d’autre » venait clore le chapitre EP, mais qui sait, rien ne m’empêche de continuer d’avancer et puis un jour de revenir sur Pigalle ! 
Et puis si jamais tu as envie, tu peux le tourner toi et me l’envoyer !!!

 
 
 
 

Et pour finir, dans notre dernière interview, je te demandais ce que ça faisait de faire Taratata, maintenant… ça fait quoi de faire un TEDx ? C’est quoi la prochaine étape ? Tu ne cesseras de nous surprendre.
 
Ohlala, faire un TEDx c’est une sacrée expérience grand dieu … C’est plein d’émotions qui se mélangent. La peur, déjà, la puissance aussi, je me suis sentie vibrer d’une énergie de puissance assez nouvelle, très douce, très pure. C’est beaucoup de travail, j’ai passé plus d’un mois à bosser avec une coach (Aleksandra Scora, merveille de femme !), parce qu’il faut réussir à condenser « sa vie » dans 12 minutes de temps (je parle tellement que finalement ça a duré 20mn, mais j’étais « hors la loi » ahah). C’est aussi des rencontres, comme Aleksandra, Louis Goulet, Tim Dup, Théo (un des organisateurs) & co. 
Ca fait chaud au coeur, ça fait des frissons, ça fait tout drôle de se retrouver sur la scène d’une grande école quand on a soi même pas fait d’étude. Ca fait du bien aussi, de se raconter, il y a quelque chose de salvateur. Evidement, de voir tous ces visages devant, qui écoutent, qui entendent, qui s’inspirent ou s’inspireront peut être de ton histoire, ça rempli de tendresse et de gratitude. 
Et puis c’est peut être un peu bizarre, mais j’ai eu la sensation de palper « l’humilité », dans le sens ou je me suis dit « wow, ma vie est minuscule, nous sommes des milliards, il y a toujours des milliards de choix, a chaque instant on fait des choix en fait. J’espère que toute ma vie j’aurais la chance et l’intelligence de faire « les bons choix », ceux qui me mèneront vers la connaissance de moi même, vers les autres et vers la lumière (pas la lumière les projecteurs, la lumière intérieure !!) ». 
 
 
Ah oui, tu as des comptes instagram à nous conseiller ? 
 
Oui avec joie ! @Ehlamusic mon amie merveilleuse, @november_ultra, un de mes anges gardien. Musicienne rare. 
Il y a @Dzlanuitlejour, Sandra de son prénom, qui est une amie et autrice avec laquelle je travail. C’est un compte de « punchline », vraiment trop cool. 
Bon sinon, j’avoue que je me laisse aller aux comptes de petits chats trop mignons, ou alpagas (j’adore les alpagas, c’est trop sympathique un alpagas (@Alapacasofinstagram).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *