[INTERVIEW x EL GAOULI] – « j’ai un besoin obsessionnel de créer, et ça ne s’arrange pas. »

 

Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas?

 

El Gaouli, Rappeur et beatmaker

J’ai sorti 5 albums depuis 2001 en tant que rappeur et j’ai commencé le beatmaking en parrallèle vers 2006.

Parle-nous un peu de ton groupe «Strike Team»

 

Srike team, c’est un duo de beatmakers que j’ai formé avec Zbona, avec qui je travaille depuis mes débuts , il a été mon beatmaker, mon ingénieur du son, mon photographe, mon graphiste, il a réalisé presque tous mes clips…

On ne s’est jamais quittés, c’est lui qui m’a enseigné le beatmaking, je l’ai regardé faire pendant des années et quand je me suis lancé il m’a montré les ficelles.

Donc c’est tout naturellement que je souhaite avancer avec lui, surtout maintenant que je ne rappe plus ça nous permet de toujours bosser ensemble autour d’un projet commun.

C’est quelqu’un qui a beaucoup de talent et une vision bien à lui des choses.

On fait chacun nos sons de notre coté mais nous faisons aussi depuis cette année des vraies sessions pour créer des beats en communs.
Quelles ont été tes influences en tant que MC puis en tant que beatmaker ?

En tant que MC, j’ai grandi avec le son new yorkais surtout, à la grande époque, les premiers wu-tang, mobb deep, nas , jay-z… mais j’ai toujours été ouvert et écouté un peu tout ce qui se faisait.

Pour le beatmaking je crois que ma référence ultime serait timbaland, car il a traversé les époques, lancer des styles super originaux, y’a une folie et une vraie identité dans ses sons.

Mais je pense que j’ai pas mal été influencé aussi par des mecs comme rockwilder, alchemist, Dr dre…
Au début, on a découvert El gaouli en tant que Mc, puis après ton projet «Désordre mondial II» sorti fin 2012, le beatmaker a totalement pris le dessus, quelles sont les raisons de cette évolution?

Avant le premier « désordre mondial » déjà, en 2009 je voulais arrêter et me consacrer totalement au beatmaking que je pratiquais déjà en parallèle , mais cet album a déclenché une longue et belle aventure que j’ai souhaité clôturer en 2012 avec le volume 2 pour pas mal de raisons.

Je ne voulais pas tourner en rond et refaire un « Désordre mondial 3 » en quelque sorte , de plus les trois albums que j’ai fait à cette période étaient durs à écrire de par leur contenu, j’ai dut pesé chaque mot, j’ai dit énormément de choses, peut-être assez..

Je les ai aussi auto-produit donc c’était un grand investissement personnel.

J’avais besoin de souffler,mais surtout de revenir à l’essence même…la musique, les mélodies, les rythmes…la vibration!

Depuis deux ans maintenant, je me suis mis en retrait pour ne faire que ça , et le bilan est plutôt positif, je prends mon pied à composer mais aussi à faire un travail de réalisation sur les projets auxquels je collabore et j’ai la chance de bosser avec de très bons artistes.

Je transmets aussi mon expérience et ma vision du hip-hop par ce biais.

 

Quel est ton matériel pour le beatmaking? Pour tes samples, t’es plus vinyle ou Youtube?

J’ai eu pas mal de modèles de MPC, 2000,1000,5000 mais maintenant j’suis sur MASCHINE pour le coté pratique, sinon je travaille avec beaucoup de VST et mes guitares.

Pour ce qui est des samples je prends à partir de n’importe quelle source tant que ça le fait,

se limiter au vinyle c’est dur,car la plupart des trucs ont déjà été samplés et resamplés…et beaucoup de choses ne sont pas sortis ou ne sortent pas sous ce format, et moi…j’aime pas les « limites » lol

Pour tes intrus, qu’est ce qui t’inspire en dehors du rap?

Je suis un grand fan de soul-funk 70/80 , gil scott heron, minnie ripperton, curtis mayfield, ce genre de choses mais j’ai écouté aussi beaucoup de rock, du reggae , du trip-hop, de la musique orientale.
Mais pour ce qui est de puiser des inspirations, encore une fois…pas de limite !
Depuis quelque temps, j’ai l’impression que les beatmakers sont beaucoup plus mis en avant, que leur travail est plus observé qu’avant, qu’en penses-tu?

Oui tu n’as pas tort, surtout dans l’underground en réalité mais on peut s’en rendre compte oui.

Les beatmakers ne sont pas toujours bien traités mais si c’est en train de changer, tant mieux.

Bien évidement pour moi l’instru est un élément essentiel, quand elle déchire, la moitié du boulot est déjà fait, on peut difficilement le nier, et en tant qu’auditeur, si le beat ne me plait pas déjà c’est mort, ça ne me donne pas envie d’écouter.

Si tu devais collaborer avec un artiste, rappeur ou non, qui choisirais-tu ?

Il y a encore tellement de gens avec qui j’aimerais collaborer…la liste est longue …Dans le rap mais aussi en dehors.

On aimerait bien toucher le marché américain au niveau du rap car en France je pense qu’on est encore limité par les choix des artistes qui reste encore classique au niveau des beats.

On aimerait aussi élargir et travailler avec des chanteurs/ chanteuses dès qu’on en aura l’occasion , pouvoir ramener des vibes super originales, et pas forcément dans le R&B, au contraire moi ce qui me ferait vibrer c’est des collaborations surprenantes avec des artistes d’autres univers, une chanteuse comme nneka par exemple.

Comment pourrais-tu définir ton univers musical?

C’est dur à dire, car je touche à tout, on me connait beaucoup sur du sample, des beats assez classiques mais je vais vraiment partout et j’adore aussi les sons actuels, vous aurez l’occasion de vous en rendre compte, je n’ai pas envie de de m’enfermer dans un genre précis, Il faut que ça me fasse vibrer c’est tout.

Par contre j’ai mes petites recettes quand même et ma vision, peut-être ce qui fait qu’on me dit malgré tout souvent, qu’il y a quand même une patte…

Je crois que ce que j’aime le plus c’est le mélange sample/compo

 

Tu donnes l’impression d’être déterminé comme jamais depuis la rentrée , avec beaucoup de motivation et de projets en tête..

Complètement, mon cerveau bouillonne , j’suis un boulimique de travail, j’ai un besoin obsessionnel de créer, et ça ne s’arrange pas.

En 2014 on a énormément travaillé et ça porte ses fruits.

On a produit pas mal de titres pour les futurs projets de demi-portion, jeff le nerf, koolshen, keny arkana, wira, scred connexion, vin’s, aladoum, brasco, monotof, neka, l’hexaler, sakage, stelio, Kreshendo et pleins d’autres encore …

On compte bien continuer sur cette lancée pour 2015.

Le mot de la fin?

Bah merci à vous pour l’intérêt et un Big up à tous ceux qui font avancer le hip-hop.

www.elgaouli.com / EL GAOULI  / STRIKE TEAM

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *