[INTERVIEW x Vin’s] – « Ecoute on a fait un rituel durant lequel il fallait boire du sang, pour le reste j’en dirais pas plus… »

Salut Vin’s, comment va ?

On est au max

2018 tu le sens comment ?

Je dirais que l’année a bien commencé, on va faire en sorte que ça continue.

J’ai découvert ce que tu faisais grâce à El Gaouli, donc en 2014, t’as beaucoup travaillé avec lui. Tu peux nous dire comment tu te sentais à cette période vis-à-vis de ton rap, t’étais pessimiste optimiste ?

C’est dur de répondre car il y a eu un avant et un après FBitch. Après FBitch j’étais forcément optimiste, mais de manière générale j’ai toujours eu confiance en mon rap, comme tout le monde j’ai eu des passages à vide mais à cette époque j’avais une certaine insouciance qui me rendait optimiste. C’est cool que tu parles de cette collaboration avec El Gaouli elle a beaucoup marqué mon album Freeson.

Quel bilan et souvenir tu fais de ces collaborations avec ce beatmaker ?

Déjà c’est une belle connexion qui s’est faite et qui perdure encore aujourd’hui. El Gaouli a de l’ancienneté et une double expérience étant à la fois rappeur et beatmaker, alors il m’a apporté beaucoup de conseils sur le plan artistique ou professionnel. Donc le bilan est plutôt bon, c’est d’ailleurs pour ça qu’on continue de taffer des trucs ensemble.

 

En 2017 on passe de Vins wazacrew à VinSVEVO…. Alors, ça fait quel effet aha ?

Haha ça fait plaisir ! Mais bon en même temps j’ai jamais vraiment compris ce qu’était VEVO (rires) alors le plaisir est plutôt superficiel, et puis ça m’est pas tombé sur la tête du jour au lendemain, on a travaillé pour alors c’est juste la suite logique.

 

 

Comment s’est passé ta signature chez capitol ? tu peux nous raconter ?

Écoute on a fait un rituel durant lequel il fallait boire du sang, pour le reste j’en dirais pas plus…hahaha, plus sérieusement cette signature je la dois à Malik Bentalha, c’est lui qui m’a repéré. Il a parlé de moi à Kore qui s’est intéressé à ce que je faisais, puis Capitol et voila.

 

Pourquoi tu fais pas trop de collab ? Le dernier feat que j’ai de toi c’était avec Melan

Alors il y a deux collab’ sur mon dernier projet, avec Sylver et El’ka. C’est vrai que je fais pas beaucoup de collab mais il n’y a pas vraiment de raison, je suis ouvert sur le sujet. Maintenant j’cours pas après les feat, quand j’ai un coup de cœur artistique ou humain ça se fait, comme ça a pu être le cas avec Melan.

 

C’est quoi ton objectif pour 2018-2019 ?

Tout niquer, c’est évident.

 

C’est quoi tes 3 classiques :

– ALBUM RAP FR:

Keny Arkana, Entre ciment et belle étoile

Sinik, En attendant l’album

Sexion d’assaut , L’écrasement de tête

 

– FILMS

Tous les films avec Di caprio haha le meilleur, Shutter Island, Matrix, Arrête moi si tu peux

 

– SÉRIE

Je suis pas un ouf de série, donc j’ai franchement des classiques de merde : Breaking bad, Californication , Dexter

 

 

Tu peux nous parler de ton freestyle pour le mouvement #MeToo ?

J’ai toujours été affecté par la place des femmes dans notre société. On pouvait déjà le constater 3 ans auparavant dans mon album Freeson dans lequel j’aborde ce thème dans plusieurs morceaux. Quand j’écris un morceau comme ça j’ai souvent besoin d’une étincelle, de quelque chose qui me met « hors de moi ». Pour #Metoo ce ne sont pas les révélations qui ont eu cet effet, perso j’en avais conscience avant tout ça. Ce sont surtout les réactions masculines qui m’ont heurtés, je me suis rendu compte que peu d’hommes avaient conscience de la gravité de la situation. Que peu d’hommes savent ce que vit une femme au quotidien, le regard que le monde, la société, les hommes et mêmes les autres femmes porte sur elle. Alors j’ai eu besoin de leur expliquer, de les mettre face à la réalité, bien que la réalité soit plus sombre que mon morceau.

T’as l’impression qu’on stagne à ce point de vue là ?

Je ne suis pas sociologue pour répondre à ça, en tout cas j’ai l’impression que les choses bougent, peut être plus dans la tête des femmes que celles des hommes mais c’est déjà ça. Le problème c’est qu’on vit dans une société qui nous fait régresser, surtout sur des sujets pareils.
Aujourd’hui les gamins s’éduquent avec le porno et il n’y a aucun suivi, à la télé on voit de la télé-réalité partout avec les représentations qu’on connait. Je parle même pas des réseaux etc. alors peut être qu’on avance sur le sujet, mais l’univers dans lequel on évolue est très néfaste.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *