LORD ESPERANZA x Pensées Parisiennes « Y a un mec qui écrit un film parce qu’il a écouté mes chansons et que ça lui a donné envie de croire en lui, et ça c’est génial. »

« Le nouvel enfant du siècle » s’empresse de partir à la conquête de la scène du rap français avec Polaroid dévoilé le 27 octobre dernier.

Armé de sa jolie plume Lord ESPERANZA s’attaque pour son 3ème projet à une belle déclinaison de thèmes que ce soit l’amour, la mort, la politique, la société ou la culture rien n’échappe au petit protégé du label Modulor.
Celui qui avait pour pari d’ouvrir son rap à quelque chose de plus varié, le réussit avec brio en nous sortant un projet aux saveurs changeantes grâce à ses airs de blues, salsa ou électro.

Le jeune rappeur parisien a accepté de répondre à nos questions sur son projet, Polaroïd.

 

  1. Salut Lord Esperanza, comment vas-tu ?

Très bien, merci.

 

  1. Tu viens de sortir ton premier album, Polaroïd, pour le moment t’es satisfait des retours ? Certains t’ont fait particulièrement plaisir ?

C’est pas vraiment un album, je dirais plutôt que c’est un long projet, Polaroïd je l’ai fait en seulement 3-4 mois alors que pour moi un album ça se travaille sur la durée, la maturité, avec Polaroïd j’ai voulu quelque chose sur l’instantanéité, pour capturer le présent.

Je suis complètement satisfait des retours, je suis très heureux les gens donnent plein de force.

Ceux qui m’ont fait le plus plaisir et m’ont le plus touché c’est les personnes qui m’ont dit que Polaroid leur avait donné de la force pour leurs projets, y a un mec qui écrit un film parce qu’il a écouté mes chansons et que ça lui a donné envie de croire en lui, et ça c’est génial.

 

  1. Tu penses t’être « trouvé » avec Polaroïd ?

Ouais en quelque sortes, j’ai tenté pas mal de choses, dont certaines que je ne reproduirais pas. Dans le projet y a des expérimentations musicales assez éloignées, le titre Pour ce soir par exemple qui est un morceau future basse, Capable un morceau housse, Maria c’est un morceau salsa, j’ai tenté pleins de trucs et c’était très enrichissant.

 

  1. Je te demande si tu t’es trouvé parce que dans l’album j’ai constaté une espèce de schizophrénie, l’album a deux faces pour moi, d’un son à l’autre on change complètement d’univers. Tu peux nous parler de ces deux personnages ?

Oui, y a Lord qui est la particule un peu condescendante et tout ce que ça implique, il est en train de disparaître doucement, y a des morceaux comme Oh Lord, ou Tutoyer le ciel où on le retrouve mais sa présence sur tout le projet est minime, il est présent sur seulement 3 ou 4 sons de Polaroïd. Le reste est représenté par Esperanza, ce qui créer cette schizophrénie qui se ressent dans ma musique, parce que j’aime autant faire des sons énergiques et hypocrites, que des morceaux plus sincères et timides comme avec Sol d’étoiles.

 

  1. Le titre Polaroïd, c’est pour l’idée de l’instantané ou un souvenir nostalgique ?

Ah c’est beau ! C’est les deux, c’est vraiment l’idée de saisir l’instant, de capturer le présent, c’est une idée qui m’était venu sur le morceau Danse avec les ombres, j’avais dit « On a su capturer l’présent lorsque nos deux corps discutaient » j’avais trouvé ça joli, puis ensuite y a une notion de mélancolie et de souvenir mais moins présente. Pour moi le polaroïd c’est vraiment l’instantanée, t’as ta photo, tu peux la regarder et la conserver. C’est un objet aussi, y cette idée de mettre en relief, de rendre objet un moment, un souvenir.

…Tu fais un peu de photo ? C’est marrant c’est une question qu’on m’a jamais posé, je m’y intéresse mais pas plus que ça.

 

  1. J’ai adoré la cover tu peux nous en parler un peu ? On veut tout savoir : l’artiste, les choix graphiques, le prénom du serpent ?

Merci , c’est Jason Piekar qui a fait la photographie, l’idée de base c’était de me mettre au milieu entouré de pleins d’objets en lévitation qui me représentaient et m’illustraient : un globe, une couronne, un sceptre… mais qui illustraient aussi les artistes présents sur le projet, on a essayé et le rendu était pas top, finalement on a gardé la version épurée qui rendait bien mieux, le serpent qui représentait Roméo Elvis est resté, l’encadré et la couronne aussi.

Le prénom du serpent je l’ai oublié, pour l’occasion on l’appellera Théodore ou si tu préfères Poupi.

 

  1. Ton album comporte 5 feat, c’était important pour toi de faire figurer certains artistes sur ton album ? Au-delà de la collaboration artistique.

Bien sûr, surtout que la plupart ne sont pas forcément célèbre, je pense à Anaika, Shaby , Jill Romy, pour Roméo Elvis et Nelick c’est différent mais c’est tout autant la famille. C’est important de mettre en lien des gens qui selon moi sont forts et méritent de la reconnaissance.

 

  1. T’es un pessimiste ou un optimiste ?

Les deux, mes émotions elles sont en constante évolution, ça épouse l’humeur du ciel et du jour, parfois c’est positif, parfois négatif. Je suis optimiste quand il se passe de belles choses dans ma vie, quand je garde foi en l’humanité en voyant de beaux projets montés par des êtres humains aux quatre coins de la Terre puis parfois je suis pessimiste, quand je vois qu’une énième multinationale a pillé telle ou telle réserve naturelle. Ça dépend de mon quotidien tu vois, ou de mon environnement. C’est difficile d’être sur une émotion constante. Mais en ce moment je suis plutôt optimiste.

 

  1. Tu t’appelles Lord Esperanza, alors je me demande c’est quoi l’espoir pour toi ? T’as une définition en tête ?

C’est une belle question, l’espoir c’est repousser chaque jour des limites de la haine et les remparts à notre manque de confiance, pour moi c’est surtout du partage et de l’amour.

 

  1. Si tu devais noter ton Album tu lui mettrais combien sur 10 ?

Je peux pas le noter haha, je peux pas faire ça, je laisse au public le soin de le faire.

 

  1. Tes projets après cette étape de l’album ? Je vais rester mystérieux sur le sujet mais y a des trucs qui arrivent.

 

  1. Un mot de la fin ?

C’est que le début haha.

 

Alexia.K

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *