Maître Gims : Dextérité plurielle

A l’occasion de la sortie de Ceinture Noire, troisième album solo de Maître Gims, une rétrospective artistique s’impose. De ses débuts en collectif avec la Sexion D’Assaut et le label Wati-B à son positionnement inattendu mais prévisible vers la variété française 2.0, l’artiste a toujours eu l’intelligence d’être présent à l’instant T. Itinéraire d’un personnage à la fois populaire et clivant.

 

Leader d’un groupe de rap ludique mais ambitieux

Si on omet l’amorce créative et underground de la seconde moitié des années 2000, Sexion D’Assaut prend véritablement son envol à l’aube de la décennie suivante. Le rap tournait à plein régime mais demeurait cantonné à un plafond de verre, à savoir le grand public qui n’allait pas nécessairement fouiner vers ce genre musical encore trop homogène et victime d’injustes stéréotypes. A cet effet, il paraît légitime que l’arrivée du groupe de rap a été un premier pas vers une extérioration du hip-hop francophone. Leur album L’Ecole des points vitaux rencontre un honorable succès grâce à plusieurs singles bien pensés comme Casquette à l’envers mais surtout Désolé, un des tubes marquants de l’année 2010.

Néanmoins, un épisode troublant aurait pu marquer un coup d’arrêt à l’élan de la bande à Gims. En juin 2010, Lefa, membre du groupe, tient des propos discriminants envers la communauté homosexuelle dans une interview. Boomerang immédiat : la plupart des radios musicales boycottent les morceaux de Sexion D’Assaut. Les conséquences atteignent l’opinion publique. Plusieurs associations luttant contre l’homophobie condamnent fermement les rappeurs. Ces derniers prennent en compte leur erreur et présentent publiquement leurs excuses. Dès lors, la question qui se pose est la suivante : comment se maintenir après cette polémique douteuse ? En tout cas, peu de personnes auraient misé un avenir glorieux pour nos parisiens. Soyons honnête. Ce genre de situations ne laisse présager qu’une fin de carrière. Le premier défi de Maitre Gims réside ici et il le relèvera très habilement.

Le chanteur de pop urbaine

« Reculer pour mieux sauter » est certainement le proverbe le mieux approprié pour évoquer le retour de Sexion D’assaut en 2012. Après une courte retraite médiatique, la bande revient plus déterminée qu’auparavant avec L’Apogée qui finalement, porte bien son nom. Les rappeurs tapent plus fort mais surtout plus efficace. Dans ce second effort, on note des productions très travaillées ainsi qu’une ouverture à la scène pop plus perceptible. La patte de Meugi commence à se faire sentir sur des titres fédérateurs et taillés pour les radios comme Ma Direction, Avant qu’elle parte ou encore Wati House. Entre morceaux rap ultra-rigides et chansons de pop urbaine assez mainstream, le pari est réussi. L’album atteint le disque de diamant. L’Apogée est essentiel pour comprendre la transformation actuelle du rap. Le compromis entre street et populaire s’avère payant. Les médias nationaux succombent subtilement au groupe labellisé Wati-B, en témoigne la participation du groupe au NRJ Music Awards 2013.

D’ailleurs, 2013 sera une année décisive pour notre leader aux sunglasses. Encore auréolé d’une tournée à succès dans les quatre coins de la France, Gims ne veut pas perdre de temps et souhaite battre le fer à temps. Cet état d’esprit amène donc à Subliminal. Premier disque du nom, ce dernier connaitra un succès commercial colossale grâce à des titres comme Bella ou Je me tire lui permettant de s’imposer dans la pop urbaine aux côtés de Shy’m, Kendji ou Vitaa.

Pilule rap, pilule urbaine. Pilule variet ?

Tout peut sourire à Maitre Gims. Ou presque. Au fur et à mesure que le reconnaissance populaire s’installe, la critique n’est jamais bien loin. Elle est sévère pour l’artiste francophone et atteindra son paroxysme en 2015 avec la sortie de Mon cœur avait raison. On y retiendra le fiévreux Sapés comme jamais ou le mélodique Tout donner. Un disque censé appuyer les bases et ouvrir des perspectives nouvelles. Meugiwarano se revendique désormais autant chanteur que rappeur dans une scène musicale plus troublée que jamais.

En effet, une nouvelle vague de rappeurs ne manquant pas d’inventivité et de productivité vont briser le plafond de verre entre le rap et les autres genres musicaux. Le succès est une nouvelle fois au rendez-vous avec un million de ventes. Cependant, les mélodies peu recherchées et surtout les concerts approximatifs mêlant fausses notes et playback viennent ternir le tableau. Pour un public plus pointu, la musique du Maître est trop jetable.

Virage à 180°

En septembre 2016, Maitre Gims quitte son label historique Wati-B et s’en va rejoindre l’écurie TF1. Mine de rien, ce choix symbolise les nouvelles ambitions pour le chanteur qui sont traduites dans un nouvel projet intitulé Ceinture Noire. La variété semble désormais prendre la main sur les morceaux kickés des premières heures. Qu’allons-nous retenir de ce nouveau cru très abondant (40 titres…) ? Loup-Garou en compagnie de Fianso, La Même avec Vianney ou Caméléon. Tout le monde en a pour son compte mais avec Ceinture Noire, Gims bascule définitivement vers la chanson française.

Toutefois, une autre révolution se pointe à l’écoute de l’album. L’homme de 31 ans lorgne sur les sonorités internationales. Si la présence d’afro-trap n’est pas du tout une surprise, Corazon se base sur une production pas très lointaine de Chantaje de Shakira et Maluma. Enfin, Everytime est le premier morceau interprété dans la langue de Shakespeare. Il y a quelques années, Meugi n’a jamais caché son ambition de percer à l’étranger. Ce qui explique certainement cette nouvelle approche artistique. Une indicateur pourrait l’aide à la tâche : le succès grandissant de titres aux ambiances world music sur les plateformes de streaming. Bref, toujours là au bon moment, le Maître Gims !

Mos

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *