Les passantes : Véritable ode aux femmes

Le 8 mars dernier (journée des droits de la femme on le rappelle), un clip tout à fait spécial a vu le jour.

 

C’est le clip Les passantes, de Georges Brassens, réalisé par la photographe et réalisatrice belge Charlotte Abramow (C’est d’ailleurs sa signature que l’on retrouve dans les deux premiers clips de la chanteuse Angèle « La loi de Murphy » et « Je veux tes yeux »).

Rappellons le, si vous ne le savez pas encore, les passantes c’est à la base un poème écrit par Antoine Pol puis chanté par Georges Brassens en 1972.

En 2018, c’est donc devenu le premier clip de Brassens, mais surtout un incroyable rappel à la chanson française (je suis sure ne pas être la seule à m’être souvent demandée pourquoi Brassens, Brel, et tous leurs camarades des années 80 avaient aussi peu de clips à leur actif).

En plus de nous rendre nostalgique, c’est aussi une prouesse esthétique avec des images engagées et poétiques qui met en lumière toutes les femmes.

Le clip est un véritable clin d’oeil à toutes les femmes.

La réalisatrice s’exprimera d’ailleurs pour dire :  « J’ai imaginé cette vidéo comme un poème visuel. Une ode à la femme. À tous types de corps, tous types de métier. Montrer qu’il ne doit pas y avoir de barrière pour la femme, un être humain avant tout »

Dedans on peut donc retrouver une multitude de visage, de corps, de femmes, c’est toute une diversité qui y représentée et exprimée.  Dedans la vidéaste met en scène de nombreuses femmes inspirantes comme l’artiste Claire Laffut, la vidéaste Marion Seclin, la journaliste Alice Pfeiffer, l’actrice Déborah Lukumuena, et bien sur Angèle.

Après 83 000 vues et des le lendemain de sa sortie, le clip avait été censuré et interdit aux moins de 18 ans par Youtube qui l’a jugé « choquant »

 

 

 

 

Finalement, après quelques coups de gueule de la part de la réalisatrice sur les réseaux, le clip a été remis en ligne par la plateforme et compte déjà presque 200 000 vues.

 

 

 

 

 

Emma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *