Vers une réunification des deux Corées?

La marginale et menaçante Corée du Nord a défilé main dans la main avec la Corée du Sud ce vendredi neuf février à PyeongChang, pour la cérémonie d’investiture des JO d’hiver 2018. Espoir de paix ou menace grandissante? Le moment est historique.

 

 

Si la guerre de Corée a pris fin en 1953, les deux pays n’ont jamais fait formellement la paix. C’est donc, techniquement, toujours ennemis qu’ils ont défilé ensemble. Le couple présidentiel sud-coréen était assis un rang seulement devant de hauts dignitaires nord-coréens, et le président de la Corée du Sud, Moon Jae-in, a échangé une poignée de mains chaleureuses avec la sœur du leader nord-coréen Kim Jongun.

Alors que les tensions sont vives depuis des mois avec l’évolution du programme nucléaire nord-coréen et les menaces répétées par Pyongyang, cette cérémonie a donné lieu à des images diplomatiques fortes qui ont dépassé le cadre sportif. Le compte officiel de PyeongChang 2018 a ainsi partagé des images presque irréelles. Les équipes des deux pays brandissant un drapeau avec les deux péninsules réunifiées. Le message est fort.
Au total, le Comité international olympique (CIO) a autorisé 22 athlètes du Nord, dont des hockeyeuses qui intègrent une équipe unifiée, à participer aux JO. Parmi eux, seul le couple de danse sur glace Ryom Tae-ok et Kim Ju-sik, deux athlètes, s’étaient qualifiés sportivement…

Mais un défilé main dans la main ne peut faire oublier la menace de la Corée du Nord sur le monde; ni ses échanges houleux avec les États-Unis. Comment oublier les quatre essais de missiles et l’essai nucléaire de 2017?

 

Le réchauffement des relations reste à manipuler avec des pincettes. Séoul doit donc composer avec les États-Unis si l’objectif est d’envisager une alliance durable. Ainsi, la Corée du Sud a obtenu de Washington le report d’importantes manœuvres annuelles conjointes qui coïncident avec les JO.  Jim Mattis, secrétaire à la Défense, a affirmé à Hawaï le 26 janvier : « le maintien déterminé des pressions économiques pour dénucléariser la péninsule coréenne ». De même, le financement de la délégation nord-coréenne suscite des débats au Sud. Les critiques redoutent de voir l’argent détourné par les autorités nord-coréennes au profit de ses programmes nucléaires et de développement de missiles.

Le 8 février se déroulait en Corée du Nord le jour de commémoration de la création de l’Armée du peuple. Selon Cho Myoung-Gyon, ministre sud-coréen de l’unification, « quasiment l’ensemble des forces et armements » était mobilisée. L’événement s’érigeait comme un défi à la veille de l’ouverture des Jeux que le président Moon aimerait faire entrer dans l’histoire comme les « Jeux olympiques de la paix ».

Reuben

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *